• Les merveilles parisiennes - 2 -

     

    Photo : Luis Royo

    Au bout d'un moment, je t'aperçois. Tu sembles légèrement inquiet de ne pas me trouver, te retournant plusieurs fois rapidement. De l'endroit où je suis assise, le rideaume cache partiellement et tu ne me vois probablement pas. Tu te décides enfin à monter dans le train. Cette partie de cache-cache s'arrête aussitôt, tu as choisi le bon wagon. En m'apercevant enfin, je te sens crispé. T'aurais-je fait peur ? Tu t'avances vers moi, avec un air assez sévère sur le visage. Je commence à prendre peur à mon tour. Tu te penches vers moi, sans le moindre sourire, et me grogne à l'oreille un « Bien joué ! Tu as réussi à me faire peur... ». Le son de ta voix n'est pas menaçant, ce qui me surprend un peu vu ton regard il y a peu. Tu mordilles doucement le lobe de mon oreille, puis tu m'embrasses dans le cou. Tes baisers sont d'une douceur exquise et j'y perçois une once de perversion. Tu commences, petit à petit, à t'appuyer sur moi. Tu t'appuies d'ailleurs assez pour que je me retrouve calée contre la fenêtre, à la vue de tous. Arrêtant de me dévorer délicieusement le cou, tu m'embrasses à pleine bouche, me laissant entrevoir dans tes yeux une étincelle foudroyante de désir.


    Je te sais et je te sens tendu. A exploser. Tes mains commencent à parcourir mon corps, tes yeux me fixant, brûlants de désir. Je me laisse aller et m'offre à tes caresses, à tes baisers. Tu ne cesses plus de m'embrasser, de me dévorer la bouche tout en glissant peu à peu tes mains sous mes vêtements, l'une faisant s'ériger la pointe de mes seins, l'autre glissant peu à peu sur mon clitoris, me faisant frémir. Je réponds à tes baisers par des baisers encore plus désireux, je réponds à tes caresses en passant mes mains sur ton torse, sur ton sexe tendu trop à l'étroit dans ton pantalon. Mes appuis à cet endroit se font insistants, ce petit jeu dure un moment mais bientôt je te sens au bord de la jouissance. Tu arrêtes d'ailleurs de me caresser pour défaire ta ceinture et baisser ton pantalon. Je fais de même avec ton caleçon puis je pose mes lèvres sur ton sexe dur. Un soupir t'échappe, presqu'un râle tandis que je te suce doucement, entièrement. Peu à peu j'accélère mes mouvements, je sens ta main dans mes cheveux m'accompagner et tes râles s'intensifier.

    Du quai, n'importe quel passant nous verrait, mais nous ne soucions bien peu de ce détail. Pour le moment je ne songe qu'à te faire jouir sur mes lèvres pour me faire pardonner de cette petite mesquinerie. Je sens l'étoffe qui recouvre mon sexe tremper un peu plus à chaque mouvement, je sens mes cuisses moites, je te sens tremblant, près à jouir, mais je sais que tu t'y refuses pour le moment. J'entreprends alors de me caresser à ta vue, tout en  continuant à me délecter de ta queue tendue dans ma bouche.


    Ce spectacle te plait puisque tu ne penses plus qu'à accélérer les mouvements de ma bouche tout en caressant mes fesses. Elles sont à nu, ma jupe est remontée et ma lingerie passablement écarté. Un doigt fouilleur s'insinue près de mon anus, le touche, joue doucement avec puis va constater à quel point je mouille. Tu imprègnes ce doigt de mouille, encore et encore, avant de venir t'occuper de mon petit trou. L'effet est immédiat, j'ai des frissons et mon corps se contracte. Tout mon corps. Y compris ma bouche qui enserre davantage ton sexe.

    A cet instant tu ne peux plus faire marche arrière et tu jouis dans ma bouche. En longs jets tu libères ces larmes de bonheur que j'affectionne, accompagnées de râles et de soupirs de plaisir.

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 26 Juillet 2006 à 18:25
    Bonjour ici...
    ...moi qui pensait avoir eu suffisamment chaud aujourd'hui, c'était avant que de lire ce post...brûlant !!! Bises
    2
    Mercredi 26 Juillet 2006 à 19:22
    Chaud ?
    mais pourtant dans le fil de ce petit texte, la température monte à peine... Bises à toi aussi
    3
    Jeudi 27 Juillet 2006 à 09:12
    Vous me faites
    penser à quelqu'un :)
    4
    Jeudi 27 Juillet 2006 à 16:41
    Personne?
    Pas de texte aujourd'hui sniff.
    5
    Jeudi 27 Juillet 2006 à 21:23
    non
    pas eu le temps aujourd'hui, quelques imprévus... demain sûrement !! peut etre même en fin de matinée ;) Bises
    6
    Vendredi 28 Juillet 2006 à 10:27
    ok alors
    à tout à l'heure.
    7
    everaldo
    Mercredi 13 Juin 2007 à 12:10
    c`est ma premiere fois
    c`etait jolie , je l`amais trop , derrier les aebres la nuit on s`est eu , c` etait sa premiere fois , apres ca toujour etait une premire fois , pendent 17 ans jusq`elle est morte , son corps n`est plus , mais elle vie encore en moi , il a 10 ans elle est parti , mais elle en mois est encore en vie comme la premiere foi. il est jlie.
    8
    everaldo
    Mercredi 13 Juin 2007 à 12:14
    c`est ma premiere fois
    c`etait jolie , je l`amais trop , derrier les aebres la nuit on s`est eu , c` etait sa premiere fois , apres ca toujour etait une premire fois , pendent 17 ans jusq`elle est morte , son corps n`est plus , mais elle vie encore en moi , il a 10 ans elle est parti , mais elle en mois est encore en vie comme la premiere foi. il est jlie.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :